Un journal américain réduit sa gâche d’encre de 61 % grâce à l’encrage numérique Goss
  • Un projet de modernisation de rotative a permis d'améliorer la qualité d'impression, les taux de gâche et les aptitudes environnementales du Houston Chronicle
  • La bonne collaboration établie avec Goss International a contribué de manière décisive à la réussite du projet

28 mai 2009 - Le Houston Chronicle, Texas, Etats-Unis, a converti sa rotative Goss Metro à l'encrage numérique et réduit sa gâche d'encre de 61 %. S'inscrivant dans le cadre d'un projet visant à optimiser la chaîne de production et à préparer l'entreprise aux défis de l'avenir, l'installation de l'encrage numérique a été décidée suite à une évaluation détaillée des processus et des procédures utilisés sur le site du journal, à l'aide de la méthode « Six Sigma ».

La gâche d'encre totale du journal, qui atteignait en moyenne 5 500 kg par semaine, est descendue à une moyenne hebdomadaire de 1 927 kg suite à la conversion à l'encrage numérique. Les taux de réduction de la gâche étaient situés entre 68 % pour le noir et 46 % pour le magenta. Les temps d'arrêt de la rotative ont également chuté de 16 % depuis l'installation de l'encrage numérique, et le nombre de bobines imprimées pour une casse de bande a augmenté de 23 %.

« Si l'encre n'est pas le consommable le plus onéreux en impression offset, son impact sur la qualité, la productivité et la gâche n'en est pas moins considérable », fait remarquer Michael Daniel, directeur de l'impression au Houston Chronicle.

Les économies d'encre obtenues s'inscrivent dans le cadre d'un vaste projet d'optimisation des processus de production mis en place en 2005. Le directeur général de l'entreprise Matt Oliver établit alors un projet permettant de définir les données générales relatives à la gâche de papier journal et d'encre, à la productivité moyenne, aux démarrages et aux arrêts de la rotative ainsi qu'à d'autres variables. Il demande ensuite à ce que soit effectué un suivi plus précis de ces données de production.
« Après tout », comme le fait remarquer Matt Oliver, « vous ne saurez jamais si vous vous améliorez si vous ne savez pas quelles sont vos performances actuelles. »

« Nous avons choisi Six Sigma car cette méthodologie permet de détecter les problèmes critiques qui conduisent à une perte de revenus, d'identifier les domaines dans lesquels nous ne réussissons pas à satisfaire les attentes de notre clientèle et de faire toute la lumière sur « la face cachée de l'entreprise » au Houston Chronicle », explique Michael Daniel. « La face cachée de l'entreprise fonctionne en arrière-plan de toute entreprise. C'est elle qui résout les problèmes et corrige les erreurs sans toutefois combattre leurs causes profondes. »

Ragy Isaac, directeur de la qualité chez Goss International, fait remarquer : « L'analyse des données pertinentes fournies par cette méthode nous a fait prendre conscience qu'un contrôle plus précis de l'alimentation en encre pourrait permettre d'améliorer la densité d'impression, l'équilibre eau/encre et les taux de gâche. L'entreprise décida alors de choisir l'encrage numérique Goss, solution idéale pour réduire la gâche d'encre. »

« Goss International a placé le process de production au centre des débats, porté une grande attention aux détails et proposé un plan de retour sur investissement très intéressant », confirme Michael Daniel.
« Goss nous a également fourni un plan d'installation détaillé et nous a garanti que le nouvel équipement serait parfaitement compatible avec notre système prépresse et notre système de commande de rotative existants. »

Michael Daniel ajoute que l'alliance des compétences analytiques, de la technologie d'encrage performante et du savoir-faire dans la mise en œuvre de projets qui caractérise Goss International a été essentielle à la réussite du projet.

« Ragy se chargea en particulier de l'analyse des données fournies par Six Sigma et mit tout son savoir-faire en matière d'étalonnage du processus de production à notre service », précise encore Michael Daniel. « Il nous a également aidés à finaliser la mise en place d'un système de contrôle en circuit fermé qui était essentiel pour obtenir une plus grande précision au démarrage. »

Après l'installation du système d'encrage numérique, différents chiffres furent utilisés pour évaluer la réussite du projet, dont la gâche d'encre hebdomadaire et la productivité globale. La gâche d'encre fut décomposée en quatre couleurs (cyan, magenta, jaune et noir). La productivité incluait les temps d'arrêt hebdomadaires de la machine et le nombre de bobines imprimées pour une casse de bande. Les résultats dépassaient les attentes de Michael Daniel, faisant état d'une économie moyenne sur les quatre couleurs de 61 % sur une période de 19 semaines.

« Nous étions si fiers de notre réalisation que nous avons décidé de transmettre nos graphiques montrant les résultats avant, pendant et après l'installation à d'autres imprimeurs de journaux, afin de les inciter à faire également des efforts en matière d'écologie », déclare Michael Daniel. « Nous avons pu réduire notre gâche d'encre et nos temps d'arrêt de manière spectaculaire, tout en augmentant les performances de notre rotative et le nombre de bobines imprimées. »

‘Goss', le logo Goss, ‘Goss International' et ‘Metro' sont des marques commerciales ou des marques déposées de Goss International Corporation.

(ENDS)